Le bien-être animal avant tout

Le bien-être animal est l’élément de base des normes d’élevages en agriculture biologique. Les volailles, sous le cycle d’élevage biologique, doivent être élevés dans un contexte se rapprochant le plus de leur milieu naturel. Les dindes, les oies, les canards et les poulets sont les élevages les plus communs au Québec.

Les conséquences du débectage et dégriffage en mode d’élevage conventionnel

En élevage conventionnel ces animaux sont débectés et dégriffés à la naissance suite à l’éclosion. Ce qui consiste à couper le bout du bec, les griffes des pattes et l’ergot. Cette pratique est nécessaire dans cette industrie de l’élevage intensif. Le confinement des oiseaux dans un espace restreint, sous haute densité et sous un éclairage artificiel rend les oiseaux agressifs et les pousse à se mutiler entre eux. Le goût du sang pousse même certain oiseaux à se dévorer entre eux. Imaginez passer des journées entières sous un éclairage artificiel, sans jamais voir le soleil… Être sur une litière de copeaux de bois sans jamais rien à picorer… Vivre dans un endroit restreint, sans pouvoir explorer… Le tout en étant constamment entassés les uns sur les autres. Vous développeriez, fort probablement comme ces volailles, une attitude irritable et agressive.

Débectage et dégriffage interdit en mode d’élevage biologique

Cette pratique est interdite en mode d’élevage bio. Élevés en liberté, ses volailles ne s’attaquent pas entre elles. La raison est simple, ils ont de l’espace, ils peuvent airer comme bon leur semble sous le soleil dans un pâturage où l’herbe est abondante et où les différentes distractions sont nombreuses. Évidement si l’élevage se poursuit jusqu’à l’automne ou même l’hiver, ces même volailles auront accès à l’extérieur et nous leur ajoutons des fourrages bio (foin) et une litière de paille ce qui les occupe et leur permet de trier et explorer leur parc de la même manière.

Rendement économique vs bien-être animal

La mutilation des oiseaux n’est en fait qu’une façon de forcer l’oiseau à s’adapter à des conditions que nous leur imposons dans le but de « produire » et non d’élever. Ces pratiques déplorables n’ont que pour simple objectif le rendement économique du « produit » et non le respect de l’animal. Il faut se questionner sur la provenance et le type d’agriculture de nos aliments et ne pas banaliser l’élevage des animaux à une simple source de protéines nécessaires.

DINDE DE NOEL

à nouveau disponible le
18 décembre

Vous pouvez commander la votre en réservant une date après le 18 décembre.
Commandez en ligne
close-link

Ne manquez pas la chance de réaliser des économies sur notre boutique en ligne.

Inscrivez-vous à notre infolettre et vous recevrez nos promotions, concours et nouvelles de la ferme!

Merci pour votre inscription

Pin It on Pinterest

Share This